découverte d’une adhérente : Léna karatéka et violoniste

Lena Karate. Karatéka
Adhérente au TUC Karaté depuis deux ans, Léna a obtenu le mois dernier sa ceinture noire à seulement de 20 ans. Et pourtant notre TUC'istes vie ses dernier moment au TUC. Rencontre avec une prodige.

« J’ai eu un petit pincement au cœur » décris Léna lors de sa dernière journée d’inter-club. En effet, ce samedi 17 juin les clubs de la région étaient réunis à Pamiers pour fêter les 50 ans du club. Lors de cette journée, notre karatéka s’est rendu compte qu’elle commençait à dire au revoir à sa deuxième famille. Retour sur son parcours et le départ pour Helsinki.

Karaté et pas que …

Jeunes TUC’iste de 20 ans, Léna a intégré la section Karaté en 2021. Pourtant le karaté n’est pas la seule corde à son arc. Effectivement, Léna est une musicienne aguerrie. À l’âge de 6 ans elle intègre le conservatoire de Toulouse et commence le violon, par la suite cette passion ne l’a jamais quitté. Depuis deux ans en post-BAC, elle aménage son emploi du temps entre violon et karaté. La journée révisons et apprentissage du violon puis elle enfile son kimono pour aller pratiquer son deuxième art. Mais cela va bientôt changer. Depuis quelques semaines, elle prépare sont départ pour Helsinki afin d’effectuer une licence d’interprétation en musique classique spécialité « violon ».

Une karatéka confirmée

Le mois dernier, Léna a obtenu le grade suprême du karaté en décrochant sa ceinture noire. Pourtant son histoire avec le karaté avait débuté bien avant, dès l’âge de 10 ans. C’est donc 2 ans après son intégration au TUC karaté et sa dernière ceinture marron que Léna décroche ce nouveau grade. Du temps et de l’organisation il lui en a fallu pour gérer ses entrainements.

Lena Karate Violon
Lena Karate

Mais alors comment allier un sport de combat avec un instrument délicat. Entre le conservatoire et le karaté il y a un monde et pourtant cela reste naturel pour elle. « Le Karaté n’a jamais interféré sur le violon et vice-versa » explique la TUC’iste. Pour elle les deux arts se ressemblent même, dans leur méthode d’apprentissage par répétion mais aussi par leur création d’enchainement.

Pourtant il a fallu prendre certaine précautions. Même si dans son parcours cela fut rare de se retrouver face à des inconnus, il fallait établir des limites avant chaque combat. « Je préfère toujours préciser que mes mains sont mon outil de travail, je ne peux pas me permettre de les casser ». Même si la blessure est rare, il faut tout de même l’éviter et de ne pas prendre le risque de perdre l’usage de ses mains lors d’un combat.

Un départ pour le violon

« Je réalise que le départ arrive » s’émeut Léna. Alors qu’elle vient d’être accepter à l’académie sibelius à Helsinki son départ début août se rapproche. Entre deux préparatifs elle a eu l’occasion de participer à son dernier inter-club à Pamiers. L’occasion pour elle de commencer à dire au revoir à sa «  seconde famille » comme elle veux l’appeler. Cependant elle ne souhaite pas arrêter le karaté en Finlande, elle aspire également à découvrir de nouvelle discipline. « J’ai déjà contacté des clubs » rapporte Léna. Apres sa ceinture noire en karaté, Léna voudrait s’essayez au Bokken ou au taekwondo.

Léna décollera donc pour au moins 3 ans, début août pour effectuer sa licence. « Si j’ai le mal du pays je reviendrais sûrement en France pour mon master » confie-t-elle. Ce n’est donc qu’un au revoir pour cette TUC’iste talentueuse qui s’en va pour sa passion et son talent.

Partagez cet article

aBONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

RESTEZ INFORMÉ DE NOS DERNIÈRES ACTUALITÉS

En découvrir plus

SMART FENCING
Escrime

Une après-midi à l’école d’escrime avec le « SMART FENCING »

L’école d’escrime a vécu une après-midi extraordinaire, pleine de rires et de découvertes, grâce à la toute nouvelle initiative baptisée « SMART FENCING ». Ce dispositif en cours de développement a été mis à l’épreuve par nos petits escrimeurs, suscitant non seulement leur enthousiasme, mais aussi celui des papas qui ont eux aussi plongé dans l’univers captivant de cette expérience ludique. Un grand merci à Claude Yoshizawa pour cette journée.